Site de l'académie de Versailles

Accueil > Les activités pédagogiques > Archives > Travaux d’élèves 2006 : nouvelles fantastiques > Mourir ou dormir...

Mourir ou dormir...

vendredi 6 janvier 2006

Mourir ou dormir...

Estelle rentrait de son travail. Elle avait eu une longue journée fatigante. Elle se sentait exténuée et déprimée. Elle n’avait touché aucune prime de fin d’année.

En arrivant chez elle, elle appela son mari. Il ne répondit pas. Elle entendit le bruit de la télévision, se dirigea vers le salon et le découvrit allongé comme inconscient, sur le canapé. Elle le secoua doucement d’abord, puis brutalement. Aucun signe de vie : Estelle s’inquiéta, elle était perturbée. Pensant que son mari lui jouait une farce, elle révisa ses répliques de théâtre juste avant son cours. Gaiement, elle les récitait :

« Etre ou ne pas être. C’est la question. Est-il plus noble pour une âme de souffrir les flèches et les pierres d’une fortune affreuse ou de s’armer contre une mer bouleversée, et d’y faire face, et d’y mettre une fin ? »

Soudain, son mari l’interrompit en disant ces quelques mots :

« Mourir...dormir ; rien de plus ...Oh ! ».

Estelle était étonnée car en général il n’appréciait pas les tragédies qu’elle jouait, il ne se déplaçait jamais pour venir la voir lors de ses représentations. Il préférait s’amuser sur son ordinateur portable noir, se prélasser des journées entières sur son canapé et jouer aux jeux vidéo.

Elle recommença à réciter la fin de la pièce en observant la réaction de son mari :

« Etre ou ne pas être. C’est la question. Est-il plus noble pour une âme de souffrir les flèches et les pierres d’une fortune affreuse ou de s’armer contre une mer bouleversée, et d’y faire face, et d’y mettre une fin ? ».

A nouveau, ce dernier prononça ces quelques mots :

« Mourir...dormir ; rien de plus ...Oh ! ».

Elle resta bouche bée. Elle était d’autant plus surprise qu’il n’avait même pas bouger les lèvres pour parler. Avait-elle rêvé ? Non, c’était bien sa voix.

D’abord, elle se rassura en pensant qu’il continuait sa plaisanterie, qu’il avait à son insu, appris par chœur les répliques de sa scène, peut-être même qu’il s’était enregistré et appuyais sur la touche d’un magnétophone... Cette idée lui fit au chaud au cœur. Il s’intéressait enfin à ce qu’elle faisait. Elle s’éclaircit la voix, lui annonça qu’elle rentrerait tard et enfin partit à sa répétition.

De retour chez elle, Estelle espérait que son mari se soit réveillé. Elle se précipita vers lui et stupéfaite, elle le vit comme d’habitude allongé sur le sofa et se livrant à sa principale occupation : la paresse. Estelle, interrogative, prépara le dîner puis se retourna vers son époux et lui demanda :

« Pourquoi m’as-tu joué un tour tout à l’heure ? Tu aimes Shakespeare ? »

Qui ? ... Mais de quoi parles-tu ? » demanda-t-il.

Estelle ne savait plus quoi en penser. Elle n’osa pas lui raconter ce qui s’était passé.

Marion et Chloé


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège César Franck de Palaiseau (académie de Versailles)
Directeur de publication : J. Loizeau