Publié : 5 janvier 2006

La graine de Christopher

LA GRAINE DE CHRISTOPHER

Christopher, jeune homme sans histoire, plutôt calme, s’occupait des buffles dans son immense ranch californien. Sa vie de célibataire était tranquille et paisible. Ses légendaires abdominaux lui avaient valu tous ses trophées de rodéo. La routine quotidienne fut brisée
le jour où un homme voilé fit irruption dans sa vie. C’était un matin d’été ;
le mystérieux inconnu lui tendit une graine à la forme farfelue. Derrière
son visage caché s’éleva une voix rauque et glaciale :


« J’ai ici une semence qui fera de toi un homme à la fortune abondante. Si
tu plantes cette graine et t’en occupes comme il se doit je ne cesserai de faire accroître ta rétribution. »

L’intrigant interlocuteur déposa une sorte de cône de couleur sombre dans sa main crispée.

Une fois l’inconnu parti, le jeune Christopher se rendit au potager mettre la graine en terre.

Cette nuit-ci, il ne dormit pas. L’idée d’une telle récompense sans efforts
hantait son esprit. Il doutait. Pourquoi un étranger voudrait lui offrir une
si grosse somme d’argent ? Que signifiait cela ? Suffisait-il vraiment de planter une vulgaire graine pour devenir riche ? Mais quel était donc le
secret ?

A l’aube il sauta du lit et courut au jardin pour vérifier la croissance de la plante. Cette dernière avait tellement grandi ! Elle atteignait presque en hauteur les autres arbres du ranch ! Etrangement, Christopher ne s inquiéta en rien de cette situation plutôt alarmante. Il prit soin de la graine, et l’arrosa.

Lui qui s’était toujours contenté de ce qu’il avait, faisait des projets d’ avenir avec tout l’argent qu’ il allait amasser. Lorsqu’il se marierait, il construirait une grande maison dans un ranch beaucoup plus grand que celui-ci, il aurait cinq enfants qu’ il gâterait comme des rois. Le seul point préoccupant désormais était le montant toujours aussi flou de la somme qu’il allait recevoir.

La plante maudite croissait, croissait et jamais ne s arrêtait. Elle envahissait peu à peu tout l’espace. De jour en jour, la bonne conscience de
Christopher se détruisait. Il avait fait des victimes, ses buffles, qui, blessés, puis écrasés l’un après l’autre par le tronc gigantesque, avaient péri. Le voici son secret, à cette graine ! Elle se nourrissait de malheurs.

L’homme voilé, l’inconnu terrifiant, rendit à nouveau visite à Christopher, et lui adressa son due.. Abattu, le pauvre, ne sachant que dire, que
faire, se précipita en haut d’une falaise, jeta sa récompense et plongea dans le vide.
Faïrouz et Stéphanie