Publié : 5 janvier 2006

La rentrée

LA RENTREE

Ce jour-là, je me rendais à pied au collège. C’était la rentrée. J’ avais mes Timberland et des chaussettes Nike assez épaisses. Je portais un jean délavé avec un tee-shirt bleu à capuche ; une casquette G-Unit couronnait ma tête.

J’empruntai le chemin habituel. Je me sentais stressé car c’était la reprise des cours. L’idée de faire l’école buissonnière m’avait effleuré.

Tout à coup, je vis quelque chose d’impensable. Ma mère, debout sur l’immense bras métallique d’une grue. Elle paraissait immensément grande. Elle me fixa d’un regard noir. A mon tour je la fixai. Je ne pouvais quitter son regard si froid, son air suspicieux, elle qui pouvait se montrer si douce. J’eus l’impression que cela durait une éternité. Elle portait sa robe noire et ses talons aiguilles. Elle tenait le bras métallique d’une main ferme.

Je regardai ma montre et je vis que les aiguilles ne tournaient plus. Je compris aussitôt que cela ne pouvait être vrai, pourtant j’avais la certitude que l’instant était réel. Alors j’essayai de m’approcher, mais je n’arrivai pas à faire un mouvement. Je penchai la tête pour regarder une deuxième fois ma montre. Les aiguilles tournaient à nouveau. Et quand je relevai les yeux, tout avait disparu. Il n’y avait plus rien...plus de chantier...

A ce moment précis, j’entendis une voiture klaxonner. C’était ma mère. Elle m’observait. Elle pensait sans doute que je n’allais pas en cours. Elle me prit et me déposa devant le collège. Et la première journée se passa très bien.

Smith et Maxime